Agriculture : La Guinée met à jour son Catalogue National des variétés végétales

in A LA UNE/ACTUALITES/ECONOMIE/FLASH INFO by

Conakry, Guinée : Les travaux de la mise à jour du Catalogue national des espèces et variétés végétales ont démarré ce mardi  dans la «capitale des agrumes » Kindia, où à la fin de l’exercice, l’inscription de nouvelles espèces plus productives est prévue.

Le centre de recherche agronomique de Foulaya (Kindia)  a  pour cela reçu plusieurs hauts cadres du ministère de l’Agriculture, les intervenants principaux du sous-secteur des semences, des producteurs, des distributeurs, les services publics et privés et les principaux partenaires.

En 2014, la Guinée avait déjà élaboré un catalogue national composé d’espèces dont les caractères étaient retenus pour l’inscription au niveau du catalogue de la sous-région ouest-africaine, la CEDEAO. Il s’agit principalement du  riz, du maïs, de  l’arachide, du sorgho,  de la tomate, du mil et du niébé.

«La prise en compte du renouvellement du catalogue mis à jour, chaque trois ans, pour permettre l’inscription de nouvelles variétés plus productives ou la radiation de certaines parmi les espèces inscrites, s’avère nécessaire pour une agriculture de marché » affirme le président de la séance, Elhadj Mohamed Lamine Touré, Directeur national de l’Agriculture.

 

«Ce document, poursuit le Représentant du ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République, ministre d l’Agriculture par intérim,  constitue une des bases de données de référence pour les interventions visant le développement des secteurs de semences et sur ce, reste l’outil privilégié du dialogue entre acteurs pour un partage des avantages y afférents. »

 

Le Directeur national de l’Agriculture a profité de l’occasion pour saluer l’effort consenti par la Banque Mondiale à travers le Programme d’amélioration de la Productivité en Afrique de l’ouest, lequel a inscrit la problématique récurrente en matière de semences dans une composante de ses interventions.

Namory Yombouno, Chef Division Semences Plants et Fertilisants, principal facilitateur de ce cadre de concertation participative, précise par ailleurs qu’un catalogue dans un pays, donne l’identité des variétés que le producteur peut utiliser sur le terrain sans danger  et au bout, avoir de grands rendements.

Selon les dispositions prises par les autorités compétentes guinéennes et de la CEDEAO en la matière, dit-il,  ce catalogue doit  être actualisé tous les trois ans  par l’inscription de nouvelles variétés performantes ou la radiation des variétés présentant des signes évidents de faiblesse.

Pour M. Yombouno, la Guinée compte déjà une centaine de variétés végétales dans le catalogue de la CEDEAO.

Transmis par le Service Communication du Ministère à la Présidence en charge de l’Agriculture

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*