Labé-Grève des enseignants : Le film des troubles dans la ville ce mercredi

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/SOCIETE by

Labé, Guinée : Tôt ce matin dans les environs de 8 heures, quelques élèves se sont rendus dans leurs écoles respectives pour suivre les cours suite à un communiqué radiodiffusé de la commune appelant les parents à mettre les enfants sur la route de l’école, Mais faute de professeurs, ils n’ont pas eu cours.

Ces élèves venus de plusieurs écoles se sont rendus dans les établissements privés qui étudiaient. Par  coups de pierre,  ils  les en ont empêché. Un acte qui a complètement perturbé les cours et poussé aussi ces élèves à rejoindre leur rang. En nombre important,  les élèves  ont pu faire le tour école par école, publiques comme privées. C’est par la suite que ces élèves se sont rendus dans les  locaux de la direction préfectorale de l’éducation de Labé pour exprimer leur ras-le bol. Ils  scandaient des slogans hostiles au pouvoir en place comme «Alpha zéro, k au carré  zéro ».

Interrogé sur l’objectif cette manifestation, Daouda Diallo élève de la 12ème année  sciences sociales au complexe scolaire Yacine Diallo répond.

«Ce matin, nous sommes sortis pour déplorer la situation qui se passe à Labé ici,  puisque qu’ actuellement;   il y’a des écoles qui étudient pendant que les autres n’étudient pas. Les élèves des écoles publiques ont pris d’assaut notre établissement ce matin parce que nous, au privé nous étudions. Ils ont jetés des pierres sur la toiture, les enseignants ont fuit et nous somme sortis pour suivre nos camarades. Donc,  cela nous a vraiment touchés, on n’a jugé nécessaire de sortir aujourd’hui manifester, exprimer notre colère contre les autorités, surtout leur  rappeler leur négligence. On revendique  la reprise normale des cours ».

A Diallo Aissatou renchérit,  «cela fait 3 semaines que nous n’avions pas étudié, et vous-même, vous savez qu’ils viennent d’exiger les compositions. Normalement, les compositions doivent commencer le lundi prochain. Et si nous n’étudions pas, ce sont les candidats qui vont perdre. Le ministre peut proposer des sujets aux examens sachant que les élèves n’ont pas étudié3r ça, est-ce qu’ils vont se mettre à pleurer dans la salle jusqu’à ce que l’on efface le sujet ? Nous en avons marre, on a trop souffert. Le ministre à ses enfants qui étudient à l’extérieur. Et nous, les enfants des pauvres, on est là. Nous en avions marre du ministre « K au carré », nous revendiquons afin qu’on nous laisse étudier en paix, car nous sommes les cadres de demain » conclut cette élève du complexe Hoggo-M’bouro

Tout au long de leur périple, ils déambulaient à travers la ville, ils ont laissé des traces partout ou ils ont visités en brûlant des pneus aux rond-points de hoggo M’bouro et celui de l’hôpital régional. Plus loin, ces élèves arrivés à la DPE , ont été surpris de voir un dispositif sécuritaire impressionnant déployé par les autorités pour garder les lieux. Cette ceinture de sécurité était mise sur place par les agents de l’escadron mobile N°8 et la CMIS. Des affrontements ont éclaté entre manifestants et maintien d’ordre.

 

Le bilan des affrontements a fait des dégâts matériels. Les manifestants ont déversé leur colère sur le bâtiment de la DPE. Les vitres des bureaux de la directrice et celui du responsable des ressources humaines ont été brisées par des cailloux lancés par des élèves avant d’être dispersés par les forces de maintien d’ordres . Ces derniers ont fait usage de gaz lacrymogène. Il ya eu des arrestations  d’adolescents et un blessé admis à l’hôpital régional.

Au moment où nous quittions les lieux, les manifestants et force de l’ordre se pourchassaient pour le contrôle des carrefours, les uns par des jets de pierre et les autres par le gaz lacrymogène.

Depuis Labé, Diallo Mamadou Tafsir pour Guinéetime.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*