L’assainissement du fichier électoral : Cellou entre prudence et méfiance …

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/POLITIQUE by

Une délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) séjourne actuellement en Guinée pour l’audit du fichier électoral voir même le recrutement d’un opérateur technique au compte de la CENI.
Dans ce cadre, les émissaires de l’institution que dirige Michaëlle Jean ont même rencontré quelques leaders politiques dont celui de l’Union des forces républicaines (UFR) le samedi 9 juin au siège du parti.

Présidant l’Assemblée Générale hebdomadaire de l’UDFG le même jour, samedi 09 juin, Cellou Dalein Diallo est revenu dans ses explications sur la situation qui prévaut au niveau du comité de suivi des accords politiques dans lesquels son parti mène des luttes pour être rétabli dans ses droits tout en denonçant la mauvaise foi de ses pairs au parlement.

Le chef de file de l’opposition guinéenne se souvient encore des recommandations contenues dans le communiqué qui a sanctionné sa rencontre avec le président de la république récemment.

Selon Cellou Dalein, Alpha Condé qui avait lui-même demandé au comité de suivi de procéder à l’examen des accords politiques du 12 octobre 2016. Notamment l’adoption d’une nouvelle loi sur la CENI lors de la session des lois de 2018.

« Cette session des lois qui a été ouverte le 05 avril, doit être clôturée le 04 juillet 2018. Jusqu’à présent il n’ y a pas de progrès », selon Cellou Dalein Diallo.

Dans ce même discours, le président de l’UFDG revient sur l’audit et à l’assainissement du fichier électoral.

« La CENI avait fait une proposition, aussi bien qu’à la mouvance et à l’opposition de demander un partenaire technique et financier en particulier l’OIF, l’UE et le système des nations unies de mettre à la disposition de la Guinée des experts dont le profil avait été défini par la CENI elle-même pour que ces experts s’occupent de l’audit et de l’assainissement du fichier électoral au lieu de passer par un appel d’offre. Lorsque la CENI nous a exposé ce schéma, la mouvance et l’opposition l’avaient accepté et les partenaires mêmes avaient été saisis par la CENI par courrier. Mais il y a eu une main noire qui a dit qu’on ne veut pas l’Union européenne et le système des nations unies et qu’il faut utiliser le service de l’organisation internationale de la francophonie. Nous sommes entrain de vérifier cette rumeur. Nous n’accepterons pas. Il faut que les trois entités puissent être ensembles pour assurer la maîtrise d’œuvre de l’opération pour que nous ayons confiance » a fait savoir Cellou Dalein Diallo. A la lecture de ces lignes, Cellou Dalein Diallo semble etre gagné par  prudence et  méfiance.

Karim Ghandi Diallo

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*