Suspension de la radio Espace Fm : Comme un deuil ressenti à Labé

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/Moyenne guinée/SOCIETE/SPORT/CULTURE by

Labé, Guinée : Depuis le 02 Novembre 2017, la radio Espace Fm et ses  relais en région  n’émettent pas, après  une décision de la Haute autorité de la Communication. A Labe, Le soutien des auditeurs est total.

Les citoyens de Labe interrogés par votre quotidien  ont vivement marqué leur soutien à la radio Espace qui a d’ailleurs une antenne relais dans cette région de la Guinée.

Ce mardi, une marche pacifique fut organisée dans la capitale guinèenne par les journalistes des autres médias pour signe de solidarité à nos confrères. Également au groupe Gangan et tous les journalistes passés à tabac par les gendarmes à Matam.

Et le jeudi prochain, une marche des journalistes est projétée à Labé pour marquer une solidarité à nos amis de Hadafo média.

Lamine Guirassy, principal animateur des « Grandes Gueules »
Crédit photo : Espace fm

En attendant l’organisation de cette marche dans la région, les citoyens ont donné leur point de vue sur le silence de la radio, ils ont aussi commenté la décision de la HAC. C’est un micro trottoir réalisé par le correspondant de Guinée time dans la région.

Trouvé tranquillement assis devant sa librairie, Alpha Mamoudou Diallo tombe malade s’il n’écoute pas son émission de préférence qui est « Les grandes gueules.

« Ça me fait très mal de ne pas pouvoir écouter l’émission les grandes gueules, qui est d’ailleurs une émission phare de la presse privée guinéenne en général. J’ai comme sentiment que le pouvoir en place veut tout faire pour bâillonner la presse afin de ne pas faire son devoir comme il le faut. Pour moi, c’est une tentative de supprimer la liberté d’expression qu’ils ont trouvé en place à leur arrivé au pouvoir.

Une liberté qui n’a pas été octroyée mais arrachée  au prix de plusieurs vies dont certains ont été tués, les uns handicapés à vie et d’autres blessés par balles sous le règne du feu Général Lansana Conté pendant les semaines de soulèvement populaire en 2007.

Beaucoup de sacrifices ont été consentis pour que les guinéens accèdent à cette liberté de la presse afin que des gens puissent se proclamer journaliste indépendant pour faire le boulot convenablement sur le terrain. C’est cet acquis que le parti Etat d’Alpha Condé veut nous déposséder ».

Quant à Younoussa Baldè, «C’est vraiment touchant, moi qui vous parle actuellement, je suis un habitué de cette émission comme toutes les autres émissions de la radio Espace FM. C’est choquant que la Haute autorité de la communication ait pris une décision suspendant cette radio pour une durée d’une semaine.

A mon avis, ils sont entrain de tuer un autre pouvoir à l’allure où vont les choses, puisque les medias constituent le 4ième pouvoir dans un pays. Donc, vouloir arrêter un pouvoir qui arrête les autres pouvoirs, c’est vraiment anti démocratique. Les medias sont là entant que pouvoir digne de nom et de confiance en lesquels la population porte une entière confiance, me priver d’écouter cette radio me touche au fond du cœur et je suis privé de ma passion. Rester bras croisés sans donner mon opinion par rapport à la situation sociopolitique qui prévaut dans notre pays sur leur antenne relais à Labé, c’est de l’angoisse et s’est frustrant. »

Madiou Baïlo Diallo, »C’est une nouvelle qui me fait actuellement très mal, celle d’entendre, qu’un media comme Espace soit suspendu pour des questions purement politiques.  Cette radio ne pose que des actes concrets pour la revalorisation de notre culture, c’est un grand regret pour moi de voir que ce médium est suspendu. Actuellement ça me fais très mal de ne pas écouter cette radio parce que c’était une habitude pour moi de l’écouter tous les matins . Je suis frustré quand même ».

Alpha Mamoudou Diallo trouve cette décision de la Haute autorité de la communication vide se sens.

« C’est une décision sans fondement, parce que l’acte sur lequel ils se sont basés pour sortir cette décision, le dossier est totalement vide. Dans cette émission dont nous faisons cas, les journalistes ont évoqué  comme pour toujours des problèmes qui assaillent la société guinéenne, notamment ceuxde l’armée guinéenne. Tout ce qu’ils ont eu à dire puisque j’ai tout écouté, ce sont  des vérités. En lieu et place de condamner cette radio, il fallait impulser des mesures auprès du gouvernement afin que l’armée puisse résoudre ses problèmes. Les Guinéens se sentiront beaucoup plus mieux défendu à l’intérieur de leurs frontières.

Les animateurs ont juste fait leur travail, il n’ya rien de condamnable dans tout ce qu’ils ont dit. Il faut appeler les choses par leurs noms, une chèvre ne peut en aucun cas être appelé chien ».

Younoussa, invite la HAC à revoir sa copie, «je pense que la Haute autorité de la Communication doit revoir cette situation et se remettre en cause,  comprendre en aucun cas, elle ne doit se confondre au pouvoir exécutif, les citoyens se sont trompés lorsqu’ils ont applaudit la mise en place de cette institution, puisqu’au vu de ce qui se passe actuellement on constate qu’elle est inféodée. Désormais,  nous ne sommes pas rassures, car elle a perdu sa crédibilité ».

Madiou baïlo Diallo poursuit son intervention en ces termes, « Pour moi, cette décision de la HAC est anormale puisque le rôle des médias est celui de dire à la population ce qui se passe exactement dans leur pays. Donc,  les suspendre pour des raisons dont nous-mêmes nous ignorons, c’est une mauvaise décision que cette institution a prise. Je profite de votre micro pour lancer un appel à la Haute autorité de la communication, avant de prendre une décision comme celle-ci, il faut d’abord aviser, c’est la première des choses. Je les invite à revoir leur manière de faire leur travail » a-t-il conclut.

Depuis Labé, pour Guinée time, Diallo Mamadou Tafsir
625 71 73 87

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*