L'équilibre de l'info

Université de Labé : les étudiants vivent leur « mois rouge » (témoignages)

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/REGIONAL/SOCIETE by

S’il y a un mois que les étudiants de l’Université de Hafia Campus de Labé détestent particulièrement, c’est bien le mois de mars. Un mois de survivance au regard des conditions de vie difficile. Ils l’appellent aussi ‘’le mois rouge’’.

Pourquoi cette appellation et que se cache derrière ce mois. Le correspondant régional de Guineetime.com s’est intéressé au sujet. Mars est l’un des 12 mois de l’année, un mois que les étudiants de l’Université de Hafia ne veulent sentir à cause de sa rudesse. D’ailleurs, ils l’ont même surnommé ‘’le mois rouge’’. A la question de savoir pourquoi cette appellation Mamadou Aliou Mali Diallo étudiant en licence 2 Mathématiques répond : « C’est le mois de mars que nous qualifions dans notre bled ici le mois rouge. On l’appelle ainsi pour plusieurs raisons. Dont la pénurie d’eau ; l’intensité des évaluations ; la chaleur et la tendance des cours. C’est encore pendant cette période que nous recevons le plus souvent des missionnaires à l’Université. Vous suivez les cours de 8 à 18 heures et si vous rentrez le soir à la maison il n’y a même pas d’eau pour se laver à plus forte raison quoi préparer pour manger. A ces facteurs, s’ajoute l’ardeur du soleil et sans oublier la modicité des pécules… ».

Poursuivant, Mamadou Aliou Mali Diallo affirme que le calvaire lié au mois rouge affecte tous les étudiants quelque soit leur origine et partout ou ils se trouvent pourvus qu’ils soient étudiants dans cette université.

Ayant déjà vécu l’expérience du mois rouge, Nimatoulaye Diallo quant à elle pointe l’absence des fruits en mars, une situation qui contribue à rendre le mois de mars plus rigoureux par rapport aux autres mois.

« Le problème de manger en cette période de mois rouge est un casse-tête, ensuite nous sommes déjà payé en janvier au compte du trimestre : janvier, février et mars. Donc vous comprendrez qu’en mars, les pécules sont déjà finis, il faut donc attendre le mois d’avril pour la prochaine paie. Or en mars il n’ya ni mangues ni oranges pendant ce temps nous souffrons énormément ».

Pour eux, l’apport des parents sont minimes, leurs aides sont insuffisantes pour la plupart. Ils disent que nous avons des bourses. Alors que les bourses sont destinées à payer les documents, et satisfaire d’autres besoins vitaux encore qu’elles sont insuffisantes. A l’Université de Labé, c’est donc parti pour le mois rouge.

Depuis Labé, Diallo Mamadou Tafsir de retour de Hafia pour Guineetime.com

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from A LA UNE

Go to Top