Bleus FranceTout était réuni pour que la fête soit belle. A la condition, bien sûr, que les Bleus s’imposent. Dans un Stade de France bruyant et coloré, qui n’attendait que les buts pour s’enflammer, le scénario rêvé a bien failli faire pschittt.

 

Longtemps gênée par une sélection roumaine solide et disciplinée, l’équipe de France a fini par s’imposer, non sans mal, contre la Roumanie (2-1), ce vendredi. Un résultat qui lance parfaitement les Bleus dans leur opération conquête à domicile.

Très vite, les joueurs de Didier Deschamps ont pourtant compris que ce ne serait pas une partie de plaisir. Ils connaissaient les qualités défensives de leurs adversaires et savaient qu’ils pourraient leur poser des problèmes. Cela s’est vérifié dans les premières minutes, lorsque Stancu a fait passer un frisson dans les tribunes (4e, voir ci-dessous). Le pressing très haut des Tricolorii, ainsi que leur bloc compact, ont obligé les Bleus à lancer leurs actions de très loin et à redoubler de passes. A tel point qu’en première période, malgré deux grosses occasions d’Antoine Griezmann (14e et 36e), l’attaquant de l’Atlético de Madrid et ses partenaires n’ont cadré aucune frappe.

Par la suite, l’étau roumain s’est un peu desserré sous l’impulsion notamment d’un Dimitri Payet, très actif et qui a trouvé quelques brèches. Sur l’un de ses centres, Olivier Giroud, en échec jusque-là (10e et 45e+1), a ouvert le score de la tête (57e) et croyait bien avoir fait le plus difficile. Mais c’était sans compter sur la détermination roumaine. Les visiteurs ont très vite réagi en obtenant un penalty, pour une faute évitable d’Evra, transformé par Stancu (65e). Appliquée et cohérente, la Roumanie tenait son exploit. Mais un coup de génie l’a soudainement rappelé à la réalité. À une minute du terme, Payet a forcé la décision (89e, voir ci-dessous). Une frappe de pur génie en pleine lucarne. Les Bleus peuvent lui dire un grand merci.
Le joueur : Payet a eu tout bon
Une passe décisive, un but, beaucoup de choix judicieux et de bonnes intentions, Dimitri Payet ne pouvait pas espérer réaliser un meilleur match pour commencer la compétition. Après deux matches de préparation convaincants, le Réunionnais s’est encore imposé en leader technique de son équipe. Alors qu’elle ne trouvait pas la solution, il a d’abord débloqué la situation en offrant un caviar à Olivier Giroud (57e). Puis lorsqu’on croyait le match fini, à 1-1, c’est encore lui qui a pris les choses en main, en patron, pour soulager tout un stade, tout un peuple, d’une frappe lumineuse (89e). Sorti en pleurs dans les dernières minutes, terrassé par l’émotion, il a bien mérité son ovation.
Le fait : la parade réflexe de Lloris

Le match aurait pu tout de suite très mal tourner pour les Bleus si leur capitaine, Hugo Lloris, ne s’était pas interposé sur une reprise de Bogdan Stancu (4e). Sur le premier corner de la rencontre, l’attaquant roumain a hérité du ballon au deuxième poteau, après une déviation au premier. Mais pourtant seul à deux mètres du but, il a vu sa reprise à bout portant repoussée par le gardien tricolore, sur sa ligne. Une parade qui a permis aux Français de ne pas commencer avec un handicap.

lequipe.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here