Guinée : Fodé Mohamed Soumah s’oppose à la prolongation du mandat des députés

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/POLITIQUE by
Depuis l’étranger le président de la Geci suit avec attention l’actualité politique de don pays. De retour à  Conakry,  Fodé  Mohamed Soumah président du parti “Génération Citoyenne” s’est prononcé sur la situation socio politique du pays.

Dans une interview  que le leader de la GeCi à accordée à  guineetime.com , il a dit toute sa détermination à apporter sa part de  conttibution pour le développement de la Guinée.
Candidat aux deux élections  présidentielles dernières, ce politicien ne compte pas lâcher prise jusqu’à la satisfaction de ses aspirations qui consistent à conquérir le pouvoir suprême.
Au cours de cet entretien,  Fode Mohamed Soumah a donné sa lecture sur la vision des Guinéens vivants à l’étranger. Selon lui : ” il ya un déficit chronique d’information sur les réalisations et les résultats obtenus.  J’ose croire qu’on puisse réaliser les quatre choses que demande tout peuple, c’est à dire: se soigner; se loger; se vêtir  et se nourrire “.
Aussi, à propos de la grève du SLECG ayant paralysé le pays pendant près de trois mois, il dira :  “l’éducation d’un pays est la base de tout développement et moi je trouve que c’est pas la priorité de ce gouvernement.  Rien qu’a voire le budget alloué  à l’éducation qui est autour de 12%, on se rend compte que ce n’est pas pas une priorité.  Alors que le standard de la sous région est de 35% et dans certains pays comme le Sénégal, on est  à 30% . J’ai apporté mon soutien au SLECG par ce que dans tous les pays du monde, l’éducation occupe une place de choix dans le programme de développement. La grève du SLECG ne devrait pas traîner pendant trois mois, le président devrait tout suite  resoudre cette situation.”
Sur la question de la prorogation des mandats des députés, notre interlocuteur encourage les députés à refuser de siéger.  pour lui, le président de la république ne devrait pas prendre cette décision “la loi a été une fois encore bafouée et j’estime aujourd’hui qu’on avait le temps d’organiser les élections législatives.
Sur la CENI, il estime que depuis 2016, on devait réorganiser la CENI et réviser le fichier en 2017.
Aminata Babou Condé.
Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.