Guinée : “Trop de renvois ” dans le dossier Paul Moussa à la Justice

in A LA UNE/ACTUALITES/ECONOMIE/FLASH INFO/SOCIETE by

Conakry,  Guinée : Le procès de Paul Moussa Diawara, et d’Inza Bayo ouvert ce lundi 18 février 2019, a de nouveau été renvoyé par tribunal de première instance de Kaloum.

La défense a sollicité ce renvoi pour des raisons professionnelles irritant ainsi, la colère du substitut du procureur qui s’est farouchement opposé à l’idée.

Mais, la partie civile a demandé au juge d’accéder à la requête pour que le procès soit équitable. Les prévenus sont condamnés au paiement d’un million de francs guinéens à la prochaine audience prévue le 4 mars prochain.

Les débats devaient porter  sur les plaidoiries et réquisitoires. Mais l’ancien directeur général de l’Office guinéen de publicité, et son codétenu appelé à la barre n’auront pas droit à la parole, ce lundi. Dès l’introduction du dossier, Ibrahim Kabèlè Bangoura, président du tribunal, va évoquer un renvoi sollicité par la défense.

 

Ousmane Sanckon, substitut du procureur va s’y opposer vigoureusement.

«  Il y a même plus de place où écrire renvoi pour ce dossier” ironise le ministère public.

 

Qu’on cesse de jouer avec la justice. le dossier de l’Office guinéen des chargeurs a été jugé et renvoyé pour des raisons de santé d’un des prévenus. Je m’oppose catégoriquement à ce renvoi. J’estime qu’il est dilatoire», lance, le substitut du procureur.

 

L’avocat principal de Paul Moussa Diawara étant absent de la salle, c’est la partie civile qui a appuyé  la défense pour demander au président de confirmer le renvoi.

 

Maitre Lanciné Sylla, soutient que ce renvoi va dans l’intérêt d’un procès juste et équitable. « Un procès pénal, ne peut se tenir sans le respect des droits des prévenus. C’est pourquoi j’ai accepté ce renvoi », justifie-t-il.

 

Mais il a demandé que l’ordonnance soit exécutée dans son intégralité.

« Donc avant la prochaine audience les prévenus doivent payer une amande d’un million de francs guinéen pour introduction abusive d’une demande de réquisition contre le juge », relève Me Sylla.

 

Le juge qui s’est retrouvé dans un dilemme qu’il a voulu détendre l’atmosphère à travers une citation :« Qui va lentement, va sûrement ». Ibrahima Kabèlè Bangoura  a ensuite renvoyé le procès  au 4 mars prochain.

 Mamoudou Diallo de retour du tribunal de première instance de Kaloum

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.