Arrivé mouvementée de Cellou Dalein : Sékou Koundouno affirme que l’article 10 de la constitution a été violé

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/POLITIQUE by

A l’occasion du retour au pays du chef de file de l’opposition, des échauffourées ont éclaté entre agents de force de l’ordre et partisans de Cellou Dalein Diallo. Ces échauffourées ont causé plusieurs cas de blessés.

Aussi au cours de ces échauffourées intervenues le samedi dernier sur la Route Le prince dans la commune de Ratoma, le véhicule de commandement du chef de file de l’opposition a été endommagé.

Ce n’était pas tout, le leader de l’UFDG dit être gazé par les agents de maintien d’ordre. Cellou Dali=ein Diallo est meme allé loin en accusant la police de vouloir l’assassiner sur instruction du Président Alpha Condé. Mais comme du berger à la bergère, la réaction d’un responsable de la police ne s’est fait attendre. C’était hier lundi 18 février sur les « GG » d’Espace fm. Ce haut responsable de la police a battu en brèche toutes les accusations faites par le leader de l’opposition guinéenne.

Seulement, l’administrateur de la Cellule Balai Citoyen interrogé par guineetime.com ce mardi 19 février admet qu’ il y a eu brutalité de la part des agents de maintien d’ordre. Il en donne pour preuve, les images et témoignages des riverains publiés dans la presse et sur les réseaux sociaux. Il dira : « Les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux et dans des medias, les témoignages qui ont été faits par certains riverains indiquent qu’il y a eu brutalité de la part de la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité ».

Pour Sekou Koundouno de la Cellule Balai Citoyen, les droit de manifestation ; de cortège et de circulation sont consacrés par l’article 10 de la constitution guinéenne. « On ne peut pas disperser la foule, on ne peut pas aller jusqu’à entraver la liberté physique d’une personne et percuter sa voiture et que nous au niveau des forces sociales nous restons indifférent. Nous estimons que cet article [article 10 de la Constitution, ndlr] a été violé, nous estimons que le procureur du TPI de Dixinn ayant ouvert une enquête, va aller jusqu’au bout. Parce qu’on a le droit de savoir dans quelle circonstance, le véhicule de Cellou Dalein Diallo a été percuté.

Et de poursuivre : « Nous interpellons ces unités d’intervention à ne pas jouer au caractère partisan, les pouvoir passent mais l’État et la nation demeurent».

A rappeler qu’après cet acte, Cellou Dalein Diallo avait indiqué qu’il se sentait en insécurité dans le pays, mais que cela ne l’empêchera pas de mener le combat pour l’instauration d’une véritable démocratie en Guinée.

Moussa Rama

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.