• Kourouma.jpg
  • Kourouma1.jpg

Urbanisation : les acteurs et partenaires techniques et financiers en conclave à Conakry

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/SOCIETE by

Le ministère de la Ville, de l’Aménagement du Territoire a procedé ce mercredi 27 février au lancement du programme de développement d’assainissement urbain en Guinée (Sanita) dans sa composante « villes durables ».

Initié par les acteurs moteurs de l’aménagement du territoire, ce programme d’assainissement urbain a pour objectif global, le renforcement de la gouvernance urbaine au niveau national. Ce projet dénommé SANITA-Villes durables dispose d’un budget de Quatre millions (4) d’euros financé par l’Union Européenne intégré dans le programme Indicatif National du 11eme Fonds Européen de Développement couvrant la période 2014-2020 qui vise à répondre aux défis et enjeux actuels auxquels fait face la Guinée.

En prenant la parole, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire a indiqué que ce programme est crucial car son exécution correcte transformera fondamentalement l’aspect de nos villes et villages les années à venir.

Au lancement du présent atelier, Dr. Ibrahima Kouyrouma a déclaré : « Planifier rigoureusement l’installation des populations urbaines et rurales vivant sur un territoire déterminé est avant tout, un impératif de développement. Dans un pays comme le notre avec des ressources financières limitées, l’apport des partenaires techniques et financiers nous permet d’avancer dans une action cohérente à même de relever tous les défis d’un monde dynamique aux enjeux de la modernisation, du changement climatique et de l’inclusion sociale ».

Dans sa volonté de mettre de l’ordre dans l’occupation de l’habitat, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire précise : « Dans le domaine de l’urbanisme et de l’habitat, notre pays, la république de Guinée fait face à une pression de plus en plus forte et dont les conséquences se manifestent par l’occupation spontanée et anarchique de tous les espaces sans tenir compte de l’avis du gouvernement. C’est cette situation que nous comptons changer de manière méthodique, pragmatique et efficace, conformément a la volonté exprimée par le Président de la République ».
Pour sa part, Gerald Hatler, le chef de la délégation de l’Union européenne en Guinée a indiqué que la croissance urbaine en Guinée est spectaculaire, y compris la démographie qui était de plus en plus reconnue comme un enjeu important du développement à travers le monde.

Gerald Hatler dira : « Avec une population de près de douze (12) millions d’habitants en 2016, la Guinée a connu une urbanisation anarchique importante depuis la fin des années 1980. Aujourd’hui plus de 40% de la population vit dans des zone urbanisées dont la moitié dans l’agglomération de Conakry et d’ici 10 ans plus de la moitié de la population sera urbanisée. Le développement urbain et plus particulièrement la planification urbaine constitue un enjeu majeur du développement durable de la capitale et des autres zones urbaines du pays. Pour répondre à ces défis et contribuer à la vision « Grand Conakry 2040 » validée par le gouvernement en janvier 2017, l’Union Européenne mobilise un financement de 42 millions d’euros dans le cadre du Programme de développement urbain et d’Assainissement en Guinée (SANITA). Ce programme se décompose en deux(2) projets, le projet SANITA- Villes propres qui dispose d’un budget de trente-cinq (35) millions d’euros (…) et le projet SANITA-VILLES Durables qui dispose d’un budget de quatre(4) millions d’euros qui sera mis en œuvre par ONU-HABITAT avec l’ambition de contribuer à la relance de la planification urbaine ».

Quant au Directeur des Programmes ONU-HABITAT, Rafal Tuts, son message est le suivant :
« Il s’agit de changer la façon de gérer et de planifier les villes, on a vu que pendant les 50 dernières années, l’urbanisation va d’une manière assez spontanée. Et on trouve qu’une politique nationale urbaine peut aider et guider l’urbanisation et aussi faire profiter tous les citoyens des bénéfices de l’urbanisation dans le sens économique et social ».

Le directeur de cabinet du gouvernorat de Conakry, Moundjoue Chérif, lui a soutenu que ce programme est assez pertinent parce que privilégiant l’approche participative qui permet d’associer les représentants des collectivités qui représentent tous les secteurs du pays.

A noter que cette rencontre s’est déroulée dans un réceptif de grand standing de la place. C’était en présence des fonctionnaires du système des Nations-Unies ; des représentants de la société civile guinéenne ; des représentants des partenaires techniques et financiers ; des maires de quelques communes de Conakry… et le Directeur général de l’agence nationale de l’assainissement et de la salubrité publique.

Moussa Rama

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.