Pauvreté : Quand Aboubacar Soumah (SLECG) répond au Premier ministre

0
54

Conakry, Guinée : Le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah, a réagit aux propos sur l’éradication de la pauvreté d’ici 5 ans en Guinée tenus par le premier ministre, Dr Kassory Fofana, en Haute-Guinée.

Au cours de l’assemblée générale du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée ce Samedi 18 janvier, le secrétaire général dudit syndicat a quelque peu ironisé sur la sortie du premier ministre Ibrahima Kassory Fofana. Ce dernier avait dit dans son discours à Kankan : « dans 5 ans qu’il n’y aura plus de pauvres en Guinée’’.

Soumah a aussi souhaité que le 4 millions annoncés par son ancien adjoint, Alpha Oumar Tounkara lors d’une sortie médiatique qui dit avoir appris du gouvernement, soit mis sur la table de négociation. A ces propos, Aboubacar Soumah estime que l’Etat a de l’argent parce qu’il distribue aux pauvres alors que les enseignants réclament depuis trois ans leur fameux 8 millions.

«Pour éradiquer la pauvreté, il faut investir dans l’Education, construire les écoles et mettre les enseignants dans les meilleures conditions. Nous nous ne demandons pas grand-chose. Vous aviez suivi Tounkara (Secrétaire général Adjoint exclut ndlr) il a dit que le gouvernement a donné 4 millions et qu’on a refusé. Et Il a dit que le premier ministre est témoin mais également Tibou Kamara (Ministre de l’industrie ndlr). Mais en ma connaissance et à la connaissance du bureau exécutif, jamais cette proposition nous a été faite. Jamais on nous a dit la proposition de 4 millions d’augmentation et qu’on a refusé, jamais cela ne nous a été dit ! Maintenant comme c’est disponible, puisse que lui-même (Alpha Oumar Tounkara ndlr) a dit que c’est disponible, dans les négociations on commencera à mettre mains sur les 4 millions puis on verra ce qu’ils peuvent mettre sur ça pour qu’on puisse suspendre la grève » a dit Aboubacar Soumah.

Au cours de cette même assemblée, le secrétaire général du SLECG a surtout insisté sur la libération de la dizaine d’enseignants arrêtés et traduits en justice au Tribunal de Première Instance de Mafanco avant tout retour sur la table de négociation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici