Les soucis de Fassou Goumou discutés chez le patriarche de N’Zérékoré

0
451

N’Zérékoré, Guinée : Dans la soirée du mardi 04 février 2020, une rencontre extraordinaire a eu lieu au domicile du patriarche de la ville de N’Zerekore, le doyen Mol Horomo Hazaly Zogbelemou. Les cas d’enlèvement d’hommes influents dans le pays, particulièrement en région forestière ont été évoqués.


Que faire pour mettre fin à cela surtout en ce qui concerne la ville de N’ Zérékoré ? La question était l’ordre du jour de la rencontre entre les sages et les jeunes Kpèlè.

Au cours de cette rencontre d’urgence, une déclaration a été lue par les quatre( 4) représentants dont  la responsable des femmes, dame Hélène Loua.

 
«Je parle au nom de toutes les femmes, pourquoi je parle au nom de toute les femmes ? Par ce que c’est l’enfant kpèlè qui respecte sa maman et son papa. Nous sommes dans une grande inquiétude pour le cas notre fils Fassou Goumou. Il a eu un malheur. Quand il est resté à la maison juste à sa sortie, il voit l’un de ses fils morts dans sa cour. Lui, on le prend et on l’ envoie la nuit vers une destination inconnue. On reste là et on apprend qu’il est à Conakry. Nous sommes inquiètes. Pourquoi l’envoyer à Conakry ? 
Nous informons notre doyen Hazaly pour qu’il puisse informer les autorités notamment le préfet, le gouverneur, le maire…A leur tour d’informer leurs responsables qu’on ne veut pas de discussions. A partir de maintenant jusqu’au vendredi 07 février 2020, nous voulons voir Fassou Goumou ici. Je dis bien notre dernier jour c’est le vendredi. Si on ne voit pas Fassou,  tout ce qui va se passer, le préfet, le gouverneur et le maire sont responsables. Car nous voulons qu’il soit là et que l’enterrement se fasse en sa présence. Nous sommes tous touchés par la mort de cet enfant
 » déclare-t-elle.

 Pour Eugène Loua, Antoine Monemou et Pépé Aimé kolié, ils ont mis un accent particulier sur les menaces du préfet à l’endroit des hommes influents de la ville.

«Nous avons appris et par écrit que M. le préfet a dit qu’il y a certaines personnes ici en N’zerekore, membres du FNDC, qui vont laisser N’zerekore. Cela est déjà un problème assez grave et donc nous informons le préfet que si quelque chose arrive à un fils de N’zerekore, à un membre du FNDC ou même un jeune actif en N’zerekore, il est tenu comme responsable de ce qui va arriver en N’zerekore. Nous n’allons même plus accepter que des choses comme ça puissent arriver en N’zerekore. La jeunesse est debout et la jeunesse est engagée afin que l’ordre puisse régner en N’zerekore » a dit l’activiste Antoine Monemou.

Levice coordinateur du FNDC région forestière, s’est aussi prononcé 2020 sur l’enlèvement de Fassou Goumou, opérateur économique en N’zerekore.

« J’ai toujours dit que le ridicule ne tue pas. M. le préfet, ce qu’il doit retenir est que N’zerekore est chez nous? notre cordon ombilical est là, personne ne peut nous effrayer. Par rapport à tout ce qu’il disait dans ses propos lors du meeting à la maison des jeunes de N’zerekore, disant qu’il va faire fuir les membres du FNDC , je pense que c’est le contraire qui va s’afficher, c’est lui qui va fuir  N’zerekore et nous laisser ici car il est venu trouver N’zerekore et laissera N’zerekore dans nos mains » poursuit-il.

Le coordinateur du MORUDEG (Mouvement pour le Renforcement de l’Unité Nationale et de la Démocratie en Guinée) a recouvré il y a quelques heures à Conakry. Fassou Gomou kidnappé il y a 72h à Nzerekoré par des agents de force de sécurité encagoulés, a été entre un commissariat à Hafia et la DPJ pour son audition.

Cet événement suscite assez de tensions dans le ville de N’Zérékoré où, des voix s’élèvent pour organiser des cérémonies d’accueil gigantesques à son honneur. Mais avant, va-t-il revenir à Zaly avant vendredi ? Voila la question.

Jules Lamile Kombadouno

N’Zerékoré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici