Labé, Guinée : Après Mamou, Dalaba et Pita, la délégation gouvernementale à sa tête le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a été accueillie dans la commune urbaine de Labé dans la matinée de ce mercredi 5 février 2020.

La délégation est composée de plusieurs ministres originaires du Foutah à savoir ceux de l’Hôtellerie et du Tourisme; de la Jeunesse; de la Citoyenneté; du Secrétaire général des affaires religieuses et d’autres personnalités .

C’est la résidence du préfet qui a servi de cadre à la cérémonie en présence des autorités à tous les niveaux avec un important dispositif sécurité déployé sur les lieux. Tout d’abord c’est le général Bourema Condé qui a pris la parole .

« Je pense qu’il n’est pas de bon ton qu’ on détruise le peu qu’ on a. Le président de la République, a chacune de ses interventions publiques, ne cesse de répéter que la Guinée c’est cette voiture à quatre roues, quand l’une d’elle est crevée, le véhicule ne va nulle part. On ne peut pas parler d’unité nationale en l’absence de l’une de ces régions, ce n’est pas possible. Mais pour y parvenir, nous avons besoin de vos bénédictions. Nous avons besoin de votre implication active pour ramener les uns et les autres, et le gouvernement et l’opposition par vos sages conseils. Pour que nous soyons pas ces enfants qui ont coupé la tête de leurs pères, nous sommes obligés de vous écouter« , demande le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Général Bouréma Condé.

Les membres du gouvernement à Labé

Il est revenu à l’Inspecteur régional des affaires religieuses de Labé de s’exprimer en lançant un appel à la délégation proprement dite. 

« Si on ne se dit pas la vérité, il n’y aura pas une issue favorable. Ce que je peux vous dire, c’est que vous nous avez trouvés tristes. Aujourd’hui, quiconque qui vous dit qu’il est heureux ici, retenez qu’ il ne vous dit pas la vérité. Nous sommes tres inquiets de ce qui s’est passé ici. Je voulais revenir là-dessus mais le général Bourema l’a déjà fait. C’est vraiment déplorable. Ce n’est pas avec cette mine  que vous avez l’habitude de nous trouver ici à Labe mais cette fois ci, je vous assure que nous sommes tristes et inquiets » introduit El Hadj Mamadou Badrou Bah.

Le Mollah avait, pendant les moments de forts de tensions à Labé, inhalé du gaz lacrymogène à son domicile dans les accrochages entre agents des forces de l’ordre et jeunes manifestants.

« Si les religieux sont touchés par-ci , des tueries par là et des saccages par endroits, personne ne peut accepter cela. Piller que ça soit des biens publics- c’est pour nous tous- ou privés, ce n’est pas raisonnable. En vous voyant ici sous autorisation du président de la République, nous savons que vous n’êtes pas venus juste pour venir, vous êtes là plutôt pour constater les faits. A notre tour, nous vous demandons avec respect d’aller dire au chef de l’État Alpha Condé, de voir tout ce qui peut impacter la paix et la quiétude sociale, de mettre ça à côté pour que la paix règne dans notre pays » , conclut Elhadj Mamadou Badrou Bah. 

Enfin, il est revenu au ministre de l’Hôtellerie et du Tourisme de parler au nom des ministres originaires du Foutah. 

« Nous, vos fils qui sommes près du président, nous faisons partie du gouvernement. Tout ce que nous croyons, pas bon, nous lui disons de faire autrement. Nous, notre devoir c’est dire la vérité au président mais parfois, on peut croire qu’ une chose soit vraie alors que ça ne l’est pas.  Chacun d’entre nous a sa façon d’aborder le chef de l’État en lui disant quelque chose pour qu’il comprenne. Nous avons compris votre message et on va le restituer à qui de droit. Je vous rappelle que nous n’avons jamais dit quelque chose qui ne soit pas convenable ou faire de l’hypocrisie. C’est parceque nous savons tous que ce problème nous est commun, c’est pour cela que nous sommes là avec vous « , a soutenu Thierno Ousmane Diallo. 

Il faut noter qu’après Labe, la délégation gouvernementale est allée à Lelouma pour s’entretenir avec les sages de cette autre localité du Foutah. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here