Addis-Abeba: le dossier guinéen passé « sous silence » par la CEDEAO…

0
42

ADDIS-ABEBA-La conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest s’est réunie en session extraordinaire ce dimanche 09 février à Addis-Abeba.

Présidé par Issoufou Mahamadou, le Président en exercice de la CEDEAO, ce Sommet Extraordinaire de l’organisation sous-régionale s’est penché sur la situation politique et institutionnelle en Guinée Bissau, la monnaie unique et la fermeture des frontières du Nigeria avec ses voisins. Par contre, rien n’a été dit sur la situation politique pourtant critique de la Guinée. 

En effet, le président guinéen Alpha Condé a décidé de coupler le référendum constitutionnel aux élections législatives le 1er mars prochain, dans un climat de très forte tension. Le dialogue entamé par les religieux s’est soldé par un échec. L’opposition réunit au sein du FNDC qui avait suspendu ses manifestations  appelle à une nouvelle mobilisation les 12 et 13 février prochain.

Alors que la communauté internationale et des ONGs telles que International Crisis Group continuent de s’inquiéter sur la crise guinéenne qui a déjà fait 37 morts, la CEDEAO n’a pas réagi à l’annonce d’Alpha Condé de coupler les législatives au référendum constitution.

L’organisation sous-régionale a pourtant l’habitude d’envoyer des observateurs lors des élections en Guinée. Alors que les deux scrutins  sont attendus dans deux semaines dans un climat tendu dans le pays, l’on ne sait pas encore si l’organisation sous-régionale enverra des observateurs ou pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici