Democratie : Trois prévisions pour lee médias africains en 2019

in ACTUALITES/FLASH INFO/SOCIETE by

Voici trois prévisions pour ce que l’année réserve aux médias africains:

(1) De nouvelles façons de contrer les informations erronées / désinformations vont émerger.

La désinformation et la désinformation, en particulier pendant les élections, sont courantes et prennent généralement la forme de discours extrêmes qui incitent à la violence ou diffusent des messages préjudiciables aux personnes ou aux communautés pour des motifs religieux ou ethniques. La désinformation est souvent sur les plates-formes de téléphonie mobile telles que WhatsAppou d’autres plateformes de médias sociaux. Plus de 20 pays, dont le Nigeria et l’Afrique du Sud, doivent organiser des élections en 2019. Conscients de cela, les journalistes et les médias devront trouver des moyens nouveaux et novateurs de lutter contre le fléau des «fausses informations», manque de personnel, manque de ressources et à la merci des grandes plates-formes Internet, notamment Google et Facebook. Au Nigeria, 16 salles de presse ont formé une coalition appelée CrossCheck Nigeria pour surmonter ces limitations et collaborer à la vérification des faits et à la suppression des fausses nouvelles avant les élections de février.

(2) Les professionnels des médias rechercheront des modèles économiques durables et réactifs.

La durabilité des médias est en déclin en Afrique, selon l’ indice de durabilité des médias du Conseil de la recherche et des échanges internationaux (IREX) .Les pressions politiques, les menaces, l’intimidation et l’emprisonnement des journalistes continueront de représenter un défi pour les journalistes et les salles de rédaction en Afrique en 2019. Il est même possible que certains des pays confrontés aux élections de l’an prochain imposent des lois similaires à la censure des médias sociaux. force en Tanzanie et en Ouganda. Le plus gros défi que je prévois pour l’année à venir est de maintenir les médias durables et de fournir aux journalistes l’indépendance dont ils ont besoin pour réaliser un journalisme de qualité axé sur l’intérêt public. L’effondrement des modèles commerciaux et la chute des marchés des annonceurs rendent les médias particulièrement vulnérables aux manipulations des élites politiques, aux pratiques contraires à l’éthique et au journalisme, davantage motivés par des intérêts politiques et commerciaux que par des intérêts publics.

(3) Les technologies numériques seront utilisées comme méthode pour accroître la participation du public.

Avec le déclin de la presse écrite, les plateformes numériques deviendront de plus en plus importantes pour fournir des informations et impliquer les citoyens. En 2019, je prévois que les salles de rédaction et les journalistes utilisent de nouvelles méthodes de narration pour offrir des moyens de participation des citoyens et de partage d’informations. Le journalisme d’investigation médico-légal ou basé sur des preuves basé sur des données deviendra plus qu’un mot à la mode alors que les journalistes et les dirigeants de salles de rédaction identifient la possibilité d’introduire de nouvelles techniques d’engagement des citoyens et du public via des rapports basés sur des données.

 

Catherine Gicheru est membre de l’ICFJ Knight. Elle est une ancienne rédactrice au Kenya, qui travaille aux côtés de Code for Kenya, et a été nommée l’un des 100 Africains les plus influents en 2018 par le magazine New African.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.