Guinée : Atelier d’orientation sur une nouvelle méthode de planification familiale

in FLASH INFO/SOCIETE by

Conakry, Guinée : Le ministère de la Santé à travers la direction nationale de la santé familiale et de la Nutrition, a organisé un atelier d’orientation et d’adaptation du module de formation sur la nouvelle méthode de la planification familiale appelé DMPA-SC que d’autres appel SAYANA Press pour les gestionnaires, gestionnaires, la société civile, les prestataires et de toutes les parties prenantes.

Cet atelier qui a vu le jour grâce à l’appui technique et financier de JHPIEGO, de l’OMS et du UNFPA à été lancé le mercredi 27 juin 2018 à l’hôtel riviera.

De L’introduction du contraceptif injectable sous cutané appelé SAYANA PRESS qui est une des forme de la planification Familiale  a été lancé à Conakry le mercredi 27 juin 2018 par le ministère de la santé en collaboration avec des partenaires évoluant dans la santé.

Pour la directrice Nationale de la santé de la famille et de la nutrition Dr Djeney Fadima Kaba, le présent atelier d’orientation est une feuille de route dans le processus de  l’introduction de la nouvelle forme de la PF qui est un produit injectable DMPA-SC qu’on appel aussi SAYANA-Press dans les structure sanitaire  en Guinée.

L’introduction de DMPA-SC en Guinée a pour but  de contribuer à l’amélioration de l’accès à des services de planification familiale sûre et efficace d’une part et de contribuer à l’augmentation du taux de prévalence contraceptive qui devra atteindre 22% à l’horizon 2020.

Pour Pr Yolande HYJAZI, Directrice pays de JHPIEGO en Guinée, l’objectif de la tenue de cet atelier est d’orienter les gestionnaires, la société civile, les prestataires et de toutes les parties prenantes sur l’introduction d’une nouvelle méthode de planification familiale qui vas augmenter la gamme des méthodes contraceptives disponibles , augmenter le choix que les femmes pourrons faire et donc augmente la possibilité et l’accessibilité des femmes au méthode de planification familiale pour essaye de réduire les besoins non satisfait en planification familiale et augmenter la prévalence contraceptive.

Après cette orientation, poursuit-elle, le second objectif de la tenue de cet atelier c’est d’adapter les modules de formation pour pouvoir faire l’introduction effective de cette nouvelle méthode au niveau des structures sanitaires, au niveau des relais communautaires bref dans le système de santé du pays.

Comme résultats attendus indique Pr Yolande , l’information effectives de toutes les parties prenantes sur la nouvelles méthode qui vas favorisé le déploiement de la planification familiale d’une part et à l’adaptation des documents de formation au contexte de la guinée et seront disponible à tout les niveaux pour la formation des formateurs, la formations des prestataires et aussi la formation des relais communautaires pour l’offres des services de PF en générale et pour le DMPA-SC ou encore appeler SAYANA press qui est l’injectable sous cutané qu’on appel aussi Depo.

Dans son discours d’ouverture, Dr Bachir Kanté , conseiller chargé de mission et point focal de l’OOAS – Guinée, a tout en remerciant les partenaires technique et financier pour leurs appuis pour la tenue de cet atelier, à rappeler quelques engagement prit par notre pays face à la promotion effective de la planification familiale à l’instar des autres pays qui sont entre autres : le programme family planning2020 (FP2020) en 2012 à Londres, au lancement en 2011 du partenariat de Ouagadougou, et à la déclaration d’Abuja suivi du protocole de Maputo, de la stratégie mondiale pour la santé des femmes et des enfants.

Selon Dr Kanté, les enquêtes demo-sanitaires (EDS2012) et les enquêtes à indicateurs multiples (MICS en 2016) on montrer quelque résultats appréciables qui sont entre autres : à la ratio de mortalité maternelle qui à baissé de 724 à 550 décès pour 100 000 naissances vivantes (NV) ; à la mortalité infanto-juvénile est qui passe de 122à 88 pour 1000. L’enquête montre aussi que la mortalité infantile est passée de 67 à 44 pour 1000 et la mortalité néo-natale est passée de 35 à 20 donc une baisse du taux et aussi à la monter de la prévalence contraceptive qui passer de 6 à 8,7% de 2012 à 2016.

Face à cette situation dira-t-il le gouvernement guinéen s’est engagé dans le processus de repositionnement de la planification familiale pour réduire la mortalité maternelle en vue de profiter du dividende démographique.

Ainsi poursuit – il le gouvernement s’est engagé à non seulement augmenter de 22% la prévalence contraceptive par l’élargissement de la gamme des méthodes contraceptives par l’offre du DMPA- SC au niveau des communautés mais aussi à impliquer tous les acteurs de la société surtout les ONG et la société civile dans leur diversité pour la promotion de la planification Familiale.

Il a dans son intervention pour terminer parler aussi de l’accélération de la mise en œuvre des stratégies nationales en santé de la reproduction (SR) en vue de répondre aux besoins non satisfaits exprimés par les populations et à la diffusion de manière continue les messages culturellement adaptés sur les questions démographiques et de planification familiale en vue de promouvoir les changements dans les mentalités et les comportements en santé reproductive avec un accent sur la qualité de vue.

Kadiatou Thierno Diallo

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.