• Abdoulaye_Sow_FESABAG.jpg
    Abdoulaye_Sow, le premier responsable de la FESABAG semble occupé ce lundi
  • Marie-Yvonne-FESABAG.jpg

Guinée : Pour non soutien à la grève, Abdoulaye Sow de la FESABAG désavoué par une base “indignée”

in A LA UNE/ACTUALITES/ECONOMIE/POLITIQUE by

Conakry, Guinée : La sortie médiatique du Secrétaire général de la FESABAG- syndicat des banques et assurances- , Abdoulaye Sow, provoque une révolte et indignation au sein de la base de ce syndicat affilié à l’USTG. La première Secrétaire adjointe, Marie Yvonne Koumbassa s’inscrit en faux contre les arguties développées par M. Sow

La déclaration de la FESABAG, rejetant le mot d’ordre de grève lancé par l’inter centrale CNTG-USTG, n’est pas consensuelle. C’est le constat qui se dégage suite aux répliques de ses adjoints dont Mme Marie Yvonne Koumbassa qui s’est confiée à Espace TV.

 

Je n’ai pas aimé la déclaration de notre secrétaire général, Abdoulaye Sow pour dire : “les privés ont à avoir quoi dans ça? Je m’inscris en faux, les banquiers ont beaucoup de choses à gagner de ce mouvement. Puisque si un fonctionnaire n’est pas domicilié dans une banque, il n’y pas de banques. Si un vendeur de piment n’a pas de compte à la banque, il n’y a pas de banques”

 

Mme Marie Yvonne tombe des nues.

Comment un secrétaire général, un leader, peut s’exprimer comme ça dans les médias? En tant que membre de la FESABAG, je suis indignée”.

Alpha Bah, un autre élu refuse que  les 400 mille travailleurs de banques en Guinée soient pris en otage par un clan dirigé par Sow. Ce groupe contestataire de cette décision qu’elle juge unilatérale, tape fort.

Il faut que nos syndicalistes changent ! Qu’ils arrêtent d’aller demander de l’argent dans les bureaux, de se plier en quatre devant les patrons. On a été élus pour défendre les travailleurs et le travail” charge Marie Yvonne.

Lors d’une réunion à la Bourse du Travail, le secrétaire général de la FESABAG a dit aux médias que son syndicat pourtant affilié à l’USTG depuis des lustres, n’avait “aucun intérêt à gagner dans la grève lancée par l’intercentrale CNTG-USTG” et que cette fois, il n’y aurait pas de “grève de solidarité”.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.