Guinée : Une institution de la République interpelle l’Etat sur les Coordinations régionales

in A LA UNE/ACTUALITES/AFRIQUE/FLASH INFO/POLITIQUE by

Conakry,  Guinée : Même bénéficiant du soutien coupable de plusieurs hauts commis de l’Etat, de leaders politiques ou de certains citoyens, les organisations à caractère communautaire viennent d’être mis au pas par une institution de la République. 

En effet,  dans sa dernière décision, la Haute autorité de la Communication a officiellement demandé aux medias de mettre plus de rigueur  dans le traitement des propos attribués aux leaders communautaires regroupés au sein des coordinations régionales.

Également,  la HAC demande incessamment au pouvoir d’encadrer ces organisations communautaires,  jugées dans l’opinion pour des positions susceptibles de saper le vivre ensemble en Guinée.

Pourtant,  ce courage de dame Martine Condé et cie contraste avec l’attitude plutôt complice de plusieurs hauts cadres de l’Etat guinéen, s’adossant à ces organisations communautaires pour exister politiquement.

Ironie du sort,  le Premier ministre Kassory Fofana était présent à la grande réunion des fils de la Basse-Côte chez le notable El hadj Sekouna Soumah. Ce dernier rappelle aux soussous de faire attention à la vente de terrains aux “étrangers “.

Ces affirmations ont provoqué une véritable  levée de boucliers dans le pays.

La coordination Halli Pular, en appelant à la résistance de la communauté fulbè , inquiète plus d’un.

Le Balai citoyen,  une organisation de la société civile guinéenne, dans un communiqué,  a sollicité de l’Etat l’interpellation de ces deux chefs des communautés soussou et peulh.

Dans un autre document, Sekou Koundouno a lancé une pétition pour la dissolution de toutes ces organisations. Un véritable pavé dans la mare.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.