Ouverture des classes : « Nous avons l’impression que c’est les parents d’élèves qui sont en grève», se plaint le porte- parole du ministère de l’Éducation

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/SOCIETE by

La rentrée scolaire session 2018-2019 prévue ce mercredi 3 0ctobre n’a pas connu assez d’engouement comme par le passé. Sur les raisons cet état de fait, guineetime.com a interrogé le porte-parole du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Mohamed Ansa Diawara.

Selon lui, cette rentrée timide n’a aucun lien avec la grève d’Aboubacar Soumah et son clan. Il dira plutôt que la faible présence des élèves dans les écoles ce mercredi est liée au fait que l’ouverture a lieu en milieu de la semaine.

Il poursuit que malgré, les écoles ont ouvert aujourd’hui sur toute l’étendue du territoire national avant de préciser que généralement, le premier jour de l’ouverture, il n’ y a pas beaucoup d’engouement.

« Mais comme nous le savons, les gens lient cette situation à la grève du SLECG. Non, ça n’a aucun lien. Généralement ce sont les parents qui font venir les enfants à l’école. Mais si les parents ne le font pas autant, il y a un problème. Donc quelque part c’est la faute aux parents (…) Sinon aujourd’hui 03 Octobre à Conakry comme partout dans le pays, l’école a été ouverte et la preuve en es que c’est le premier ministre qui a présidé l’ouverture au lycée Lambangny dans la commune de Ratoma ; à Kaloum, à l’école primaire Fréderico Mayor, c’est le ministre de la Défense nationale qui a présidé cette ouverture des classes ; à Yaguine et Fodé, le ministre de la Décentralisation dans la commune de Matoto ; Au lycée Matam, le ministre de la Culture et des Sports. Donc un peu partout à Conakry, les officiels étaient là pour présider cette ouverture des classes. Partout, le constat indique que les enseignants et les encadreurs sont venus en grand nombre», selon Mohamed Anssa Diawara.
Pour ce responsable de l’éducation nationale, les parents d’élèves sont en partie responsables de l’exacerbation des mouvements de grève dans le pays. Et c’est pourquoi, Mohamed Ansa Diawara lance cet appel : « j’en appelle à la conscience parentale que nous avons des enseignants prêts à dispenser des cours mais s’il n’y a pas d’élèves en classe, les professeurs ne peuvent rien… »

De l’autre côté, certains des parents d’élèves que guineetime.com a interrogés au sujet de la faible présence des élèves à l’école, accusent la grève déclenchée par Aboubacar Soumah du SLECG.

Propos recueillis par Moussa Rama

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.