Passation : Discours integral du nouveau president de la Cour constitutionnelle

in ACTUALITES/FLASH INFO/INTERVIEW/POLITIQUE by

Conakry,  Guinée : Le nouveau président de Cour Constitutionnelle , Mohamed Lamine Bangoura a été installé ce lundi au siège de l’institution.  Nous vous livrons so’ discours intégral .

 

DISCOURS DE MONSIEUR LE PRESIDENT ENTRANT

Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions Républicaines,
Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement
Monsieur le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République chargé des Relations avec les Institutions Constitutionnelles,
Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatiques et
Représentants des Institutions Internationales,
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement.
Mesdames et Messieurs les représentants des médias publics et privés,
Chers invités,
Mesdames et Messieurs

Introduisant mes propos, je voudrais vous souhaiter la cordiale bienvenue à la Cour Constitutionnelle et vous remercier pour la promptitude de votre réaction à prendre part à cette cérémonie de passation de service.
Mesdames et Messieurs ;

En acceptant, la haute fonction de Président de la Cour constitutionnelle, je tiens d’abord à rendre grâce au Tout Puissant ALLAH pour m’avoir gratifié en inspirant le choix de ma modeste personne à mes collègues pour servir mon pays à la tête de cette prestigieuse institution. Je l’implore de raffermir mes pas et ceux de tous ceux qui participent à la noble et exaltante tâche visant à conduire les destinées de la Cour constitutionnelle vers des lendemains toujours meilleurs.

Aussi, voudrais-je, avant tout, remercier ceux auxquels je dois le privilège de m’adresser en ce moment. Mon premier mot sera ainsi pour Mesdames et Messieurs les Conseillers de la Cour constitutionnelle.

Chers collègues, de quelle formule dois-je user pour vous exprimer ma gratitude ? Je vous dirai, cependant que connaissant le poids de la charge que vous m’avez confiée, je n’ai aucunement la prétention de l’assumer tout seul. D’ailleurs, si je l’ai acceptée, c’est parce que je suis convaincu qu’il ne reposera pas exclusivement sur mes épaules. Au-delà des mots, la seule attitude qui sied, me semble-t-il, pour répondre à vos attentes, sera de me comporter en digne et loyal serviteur de la Cour constitutionnelle conformément aux Lois et règlements de la République. Je serai constamment à votre écoute, je serai le fidèle interprète de nos décisions communes et le simple exécutant des tâches que nous aurons à définir ensemble.

Nous allons amorcer une nouvelle ère dont les gros piliers sont : le respect de la Loi, l’esprit de collégialité, le respect mutuel, la solidarité, la fraternité, la transparence et l’humilité. Nous allons par ailleurs consolider les bases de notre indépendance en veillant au respect de la Constitution dont notre juridiction en est la gardienne.

Cette indépendance sera affirmée et défendue jalousement afin que la Cour puisse disposer de l’autorité nécessaire dans l’exercice de sa mission. Je donne l’assurance que la Cour constitutionnelle ne dérogera pas à sa mission fondamentale, celle de contribuer au renforcement des valeurs démocratiques dans notre pays.

Mesdames et Messieurs ;
La mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante à la tête de la Cour constitutionnelle n’intervient-elle pas, en effet au lendemain des secousses diverses qui l’ont agitée ? De très nombreux guinéens, juristes, responsables politiques, cadres de la société civile, intellectuels, hommes de média, citoyens, ont exprimé, aux quatre coins du pays, voire hors de nos frontières, leurs avis et leurs préoccupations. La Cour constitutionnelle n’est pas restée insensible face à ses avis du cœur et autres réactions patriotiques.

Elle a pris ses responsabilités en mettant en avant les intérêts supérieurs de la nation. Aujourd’hui, elle repart d’un nouveau pied, prête à faire face aux défis qui l’interpellent au service de notre peuple et de sa jeune démocratie.

Mesdames et Messieurs, en tant que Professeur de droit constitutionnel, profession que j’exerce depuis une trentaine d’années, j’ai un double objectif : mériter la confiance de mes pairs et du Peuple de Guinée, et veiller en ma qualité de Président à ce que la Cour constitutionnelle accomplisse sa mission de contrôle de la Constitutionnalité des Lois, des ordonnances, des règlements de l’Assemblée Nationale et des engagements internationaux de notre pays, cela en toute indépendance et dans le respect des règles en vigueur.

Mesdames et Messieurs les Conseillers,
Aujourd’hui, il y a la nécessité impérieuse de restaurer l’image, la dignité et la crédibilité de la Cour Constitutioinnelle la Guinée a plus que jamais besoin d’une Cour Constitutionnelle crédible au service de la stabilité des institutions de notre pays.
A ce titre l’actualité démontre à quel point notre projet démocratique est fragile. Cette actualité interpelle nos consciences et rappelle la nécessité des institutions solides pour notre pays.

Chers Conseillers,
Je sais que vous mesurez avec humilité, l’immensité des défis auxquels nous devons désormais faire face.

Cependant, comme par le passé, je reste convaincu qu’ensemble nous saurons les surmonter afin de redorer le blason de la Cour Constitutionnelle, juge de la constitutionnalité des Lois et organe de régulation des pouvoirs publics. Ces deux missions en font incontestablement de la Cour Constitutionnelle l’institution qui parachève dans notre pays la construction et la garantie de l’Etat de droit.
Dans cette optique, j’exhorte à chacun de nous d’observer les règles fondamentales telles que prévues par les dispositions de l’article 37, al. 2 de la loi Organique L/2010/06/CNT portant organisation et
fonctionnement de la Cour constitutionnelle, qui dispose :
La Cour statue en composition collégiale normale de sept (7) membres…
Ce passage, si concis qu’il soit, est plein de sens, car il constitue la pierre angulaire de l’institution, il est gage de la transparence, l’une des vertus majeures qui gouvernent toutes les institutions publiques.

Je me fonde également sur l’article 26 de la Constitution qui dispose que : Quiconque occupe un emploi public ou exerce une fonction publique est comptable de son activité et doit respecter le principe de neutralité du service public. Il ne doit user de ses fonctions à des fins autres que l’intérêt de tous.

De même, il est à rappeler également que les Membres de la Cour Constitutionnelle, ont pour tradition de s’exprimer peu publiquement du fait qu’ils sont tenus à une obligation de réserve. Avant d’entrer en fonction, les Membres de Cour Constitutionnelle prêtent serment de garder le secret des délibérations et de vote, et de ne prendre aucune position publique sur les questions relevant de la compétence de la Cour.

Ces principes, Mesdames et Messieurs, je m’engage à respecter et à les faire respecter à la lettre, car ils sont le fondement de toute légitimité et leurs violations constituent un motif grave dont les conséquences sont sanctionnées par les textes.

Chers Cadres et Personnel de l’Administration, nous évoluons ensemble depuis plus de trois ans, et je suis conscient de vos préoccupations et aspirations en vue d’assurer le bon fonctionnement de la Cour. Je m’emploierai à y faire face avec mes collègues Conseillers, car l’amélioration de la capacité opérationnelle du personnel administratif sera l’une de nos priorités.
Monsieur le Président sortant, c’est le moment de vous remercier pour avoir dirigé les premiers pas de la Cour qui lui ont permis d’inscrire ses premiers titres.

Mesdames et Messieurs,
Pour terminer, je voudrais vous rassurer que la Cour Constitutionnelle, Institution gardienne de la Constitution que j’ai le privilège de Présider entend assumer avec dignité et responsabilité la compétence et
l’attribution que lui confère la Constitution, socle et toiture de notre Etat.

Je vous remercie !

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.