SLECG : Aboubacar Soumah désavoue publiquement son adjoint Alpha Oumar Tounkara

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/SOCIETE by

Guinée – Conakry/ Peut-on désormais parler d’un début de divorce entre les responsables du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) après une unité légendaire affichée depuis le début du mouvement ?

En tout cas tout porte à croire que rien ne semble aller entre Aboubacar Soumah et Alpha Oumar Tounkara. A son assemblée générale tenue ce samedi 24 novembre aàson siège à Donka dans la commune de Dixinn, dans une salle remplie d’enseignants déterminés à aller jusqu’au bout de leurs mouvements pour l’obtention des 8 millions comme salaire de base, le désormais premier secrétaire général Adjoint de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée a devant public désavoué son adjoint. En effet, Alpha Oumar Tounkara voulait à tout prix que les enseignants viennent massivement au tribunal de première instance de Kaloum pour soutenir les collègues arrêtés lors du dernier sit-in le jeudi 22 novembre a devant le ministère de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation, mais il a été délibérément contredit par son secrétaire général . Tounkara avait dit :

« Aujourd’hui il n’y pas plus chère que la liberté, tout combat que nous devons mener doit être pour libérer ces gens- là au lieu d’augmenter le nombre de prisonniers(…) Moi, ma proposition, je vais la dire parce qu’on ne va pas me traiter de lâche, je suis pour qu’on fasse tout et qu’on libère ceux qui sont en prison au lieu d’organiser un autre sit-in ».

Mais la reponse-replique d’Aboubacar Soumah a été cinglante :

« Il n’y a pas de bataille sans conséquence, ou nous sommes dans le combat, on va avec tout ce qui est lié ainsi comme les arrestations ; les bastonnades, l’emprisonnement et tout ce qui s’en suit … Si nous voulons renoncer à cela alors qu’on arrête le combat, si on a peur d’être arrêté alors on arrête le combat, si on a peur d’être intimidé alors on arrête le combat. Si vous êtes prêt dites le moi je vais arrêter on va suspendre la grève. On ne peut pas décider d’organiser le sit-in et qu’on ait peur d’être arrêté ».

A ces propos, Aboubacar Soumah a été répondu en cœur par un grand NON de toute l’assemblée générale. L’assemblée générale a donc décidé après l’intervention du secrétaire général, de faire le sit-in ce lundi 26 Novembre devant le ministère de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation et de terminer la journée au tribunal de première instance de Kaloum pour soutenir les camarades syndicalistes arrêtés. Visiblement surpris par cette réponse de son secrétaire général, Alpha Oumar Tounkara n’a dit mot jusqu’à la fin de l’assemblée. Une situation qui laisse comprendre que les deux complices ne conjuguent plus le même verbe. Cela présage déjà le début d’une séparation des deux hommes ? Les jours qui suivent nous en édifierons davantage.
Moussa Rama

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.