Taran Diallo au ministère de la Citoyenneté: “la Guinée n’a pas besoin de ce genre de ministère”, selon Faya Millimono.

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/INTERVIEW/POLITIQUE by

Au lendemain de la nomination de l’activiste de la société civile guinéenne et Président de l’Association guinéenne pour la transparence, Mamadou Taran Diallo par décret. Les réactions n’ont pas tardé pour commenter cette actualité. C’est le cas de Président du Bloc Liberal, Faya Millimono. 

Joint par la redaction de guinéetime.com ce Jeudi 29 novembre,  Faya Millimono soutient que la Guinée n’a pas besoin de ce genre de ministère. Tout de même il garde l’espoir que le remplaçant de Kalifa Gassama Diaby sera libre de ses mouvements au sein du gouvernement Kassory Fofana.

Pour l’opposant, cette nomination ne change en rien  à l’évolution de la situation qui prévaut dans le pays.

“Il faut partir du principe que le BL n’est pas pour les grands gouvernements, ça ne vaut absolument rien d’avoir un ministère de l’énergie, un ministère de la citoyenneté, de la réconciliation ou encore d’un ministère pour la paix et de la liberté, ça n’a pas de sens”, lance Dr Faya Millimono.

Et de poursuivre :
” C’est un département qui avait été occupé par Gassama en qui j’avais un peu d’espoir. Gassama Diaby, le seul qui se battait contre tous, parce qu’attaché aux valeurs républicaines. Le choix de M. Taran que je ne connais pas très bien, un activiste de la société civile guinéenne que nous voyons à  distance, je sais qu’il a une ONG qui traite les questions de transparence. Nous ne pouvons pas donner un jugement de valeur sur lui on peut dire qu’il est quelqu’un de probité et d’intégrité, ce sont des denrées qui sont très rares aujourd’hui dans notre pays. On en tient moins compte dans le choix des commis de l’État ce qui fait qu’actuellement nous sommes entrain de faire à  peu près la même chose. Nous souhaitons  à M. Diallo que la situation lui soit plus facile que l’autre (Khalifa Gassama Diaby ndlr) si on n’a pas un grand espoir, parce qu’il est désormais membre d’une équipe gouvernementale qui a déjà choisit clairement les contre-valeurs. A lui de choisir qu’il peut continuer à  s’attacher aux valeurs républicaines”.

Poursuivant dans cet entretient accordé a notre rédaction ; le numéro 1 du BL a lancé un message au nouveau ministre de l’unité nationale  et de la citoyenneté dans le cadre de la crise qui mine le secteur de l’éducation depuis l’ouverture des classes.

Faya Millimono donne ce conseil  au nouveau ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté : “j’ai un message que je peux lui confier parce qu’il vient d’arriver, qu’il dise au président de la république que les tickets pour aller au concert, c’est bien mais on aurait aimé que les enfants aillent à l’école et qu’ils fassent tout pour qu’une négociation de toute bonne fois soit trouvée pour que nos enfants reprennent le chemin de l’école sinon ça donne un mauvais message.. Alors allez lui dire que le peuple a très mal reçu ce message”,  regrette le numéro du Bloc Libéral.

Propos recueillis par Moussa Rama

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.