Violences politiques : ce que demande la Coalition nationale pour la paix au gouvernement, à l’opposition …

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/POLITIQUE/SOCIETE by

Inquiète de l’évolution de la situation sociopolitique de la guinée, la Coalition Nationale pour la Paix en Guinée(CNPG) était devant les medias, ce jeudi 29 novembre pour exprimer ses vives préoccupations face à, la monté vertigineuse des violences à Conakry et dans certaines préfectures depuis quelques temps.

Dans son exposé, le président de l’ONG, Amadou Oury Barry,  a dit son mécontentement à l’encontre du  gouvernement Kassory qui semble ne pas se préoccuper de la situation qui prévaut dans le pays. Celui-ci ne comprend pas trop qu’après  plus de 100 morts rien qu’a Conakry, aucune action judicaire n’est entreprise et menée à bout. Le président de cette Ont fustigé l’interdiction dans un État de droit, de toutes manifestations.

Amadou Oury Barry qui en a visiblement gris sur le coeur,  dénonce l’impunité et l’inaction de l’Etat érigée en mode de gouvernance depuis des années. Par la même occasion, il dénonce aussi  le silence coupable des acteurs sociaux et le populisme qui caractérise les rares actions entamées. S’y ajoute, la violation des textes de loi par le pouvoir et l’opposition  pour signer des accords qui sont toujours violés et qui mettent  le pays dans des violences avec leur cortège  de morts, de blessés et de dégâts matériels.

Poursuivant sa communication, le président de la Coalition nationale pour la paix exiger du gouvernement à travers les départements de la justice et celui de la sécurité et de la protection civile, l’ouverture immédiate d’enquêtes sur toutes les tueries et violations des droits humaines qui se sont passées afin de situer toutes les responsabilités et rétablir les victimes dans leurs droits. A l’opposition, il demande de prioriser le dialogue et les voies de recours réglementaires ; aux acteurs sociaux et leaders religieux de s’abstenir de jouer le jeu des politiciens et prêcher la paix et la bonne cohabitation. Enfin aux medias et communicants sur les réseaux sociaux, il demande d’éviter de relayer des propos irresponsables des acteurs qui cherchent à attiser des conflits pour en tirer profit.

Mariame Sylla

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.