Crise agricole : pourquoi les manifestations se multiplient dans le Sud-Ouest ?

Le Sud-Ouest de la France a été le théâtre de cinq jours consécutifs de manifestations organisées par des agriculteurs, demandant le respect de leurs droits et une meilleure reconnaissance de leur . Les discussions avec le sont en cours, mais pour l'instant, aucune résolution concrète n'a été atteinte.

Des négociations avec le gouvernement

Les syndicats FNSEA et Jeunes agriculteurs ont eu l'opportunité de s'entretenir avec le Premier ministre, Gabriel Attal, dans les murs de Matignon. Malgré cela, ils ne sont pas prêts à interrompre leurs actions tant que des mesures concrètes ne seront pas mises en place, refusant de se contenter de simples “mesurettes”.

Marc Fesneau, le ministre de l', annoncera certaines de ces mesures attendues dans l'Hérault, le 2 février. Il a déjà affirmé que la voix des agriculteurs en colère sera entendue “collectivement”.

Lire aussi  Les agriculteurs préparent-ils le chaos en Île-de-France?

Des actions sur le terrain

Les manifestations ont pris des formes diverses, allant du simple blocage de routes (comme l'A64 et l'A69 en Occitanie) à l'interruption totale des circulations ferroviaires. De même, des tracteurs ont été utilisés pour bloquer les boulevards dans des villes comme Agen.

Le syndicat Coordination Rurale prévoit également une manifestation devant le Parlement européen à Bruxelles le 24 janvier.

Les revendications des agriculteurs

Les agriculteurs sont exaspérés par plusieurs facteurs. Ils dénoncent notamment la hausse des taxes, l'accumulation des normes françaises et européennes, ainsi que le non-respect de la loi EGAlim de 2021 qui avait pour but de protéger leurs revenus. Jean-Luc Poulain, président du salon de l'Agriculture, a souligné l'incohérence de ces mesures gouvernementales et le manque de vision à long terme.

Le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a invité le Premier ministre à venir sur le terrain pour se rendre compte de la situation réelle, tandis que Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, a insisté sur l'importance d'appliquer la loi EGAlim, de fixer des objectifs clairs pour l'agriculture et de lutter contre la concurrence déloyale.

Lire aussi  Découverte choquante : un mystérieux tunnel à deux pas de la prison de la Santé

Mesures envisagées par le gouvernement

Le ministre de l'Agriculture a évoqué l'instauration d'un fonds de 20 millions d'euros destiné à améliorer le stockage de l'eau et l'irrigation. Une mesure qui semble indiquer une prise en compte des problématiques soulevées par les agriculteurs.

Mais ces propositions suffiront-elles à apaiser la colère des agriculteurs ? Les menaces d'intensifier les actions en se dirigeant vers Paris et de boycotter le Salon de l'Agriculture laissent planer le doute.

4.2/5 - (13 votes)

Laisser un commentaire

Partages