Votre espèce est encore roi : le paradoxe du cash dans l’union européenne

Qui aurait cru que malgré l'ère digitale, l'espèce reste le mode de paiement le plus populaire au sein de l' ? C'est une réalité. Penchons-nous davantage sur ce paradoxe.

Le règne des paiements en espèces

L'Union européenne voit plus de la moitié de ses paiements effectués en espèces. Selon la Banque centrale européenne (BCE), le chiffre exact est de 59%. Cependant, ce taux n'est pas constant à travers tous les pays de l'Union. Par exemple, aux Pays-Bas, seuls 20% des paiements sont effectués en espèces, tandis qu'en Autriche, ce chiffre bondit à 70%.

Des chiffres étonnants sur la circulation des billets

Un total de 29,5 milliards de billets sont actuellement en circulation dans l'Union européenne, représentant une totale d'environ 1 500 milliards d'euros. Le pays qui produit le plus de billets dans l'Union est la France, qui a fabriqué 1,05 milliard de billets en 2022.

Lire aussi  Les résultats s'envolent mais les salaires stagnent: la dure réalité des banques françaises

La monnaie créée et son utilisation

Surprenant mais vrai, seulement 20% de la monnaie créée est réellement utilisée pour les transactions. Environ 30 à 50% de l' est détenu en dehors de la zone euro. Le même pourcentage de billets créés est conservé comme réserve que ce soit par la BCE, les banques centrales de chaque pays ou les banques.

La complexité de la traçabilité des billets

La traçabilité des billets est un défi de taille. En effet, seul un petit segment du cycle des liquidités est observable. Des “zones grises” apparaissent où il devient impossible de déterminer quand et où un billet est utilisé pour des transactions ou conservé en réserve.

Une production de billets en constante augmentation

Malgré l'avènement de la numérisation, la production de billets continue de progresser chaque année. De quoi nous faire réfléchir sur l'utilisation de l'argent physique dans notre société moderne.

4.9/5 - (27 votes)

Laisser un commentaire

Partages