8 Mars 2024 : la France bouleversée par un soulèvement pour l’égalité des sexes !

Dans un élan de lutte pour l'égalité de genre et les , la France a connu une importante mobilisation le 8 mars 2024.

Une mobilisation nationale pour les droits des femmes

Le collectif #grèveféministe ainsi que plusieurs syndicats ont appelé à une générale. Plus de 200 manifestations ont été recensées à travers l'hexagone, prouvant une mobilisation sans précédent.

Paris, épicentre des manifestations

La capitale française a accueilli la manifestation principale, réunissant des milliers de personnes. Les chiffres officiels divergent, la CGT évoquant plus de 100 000 manifestants tandis que la préfecture de police en compte 28 000. Des tensions ont éclaté entre militants pro-palestiniens et membres de la Ligue de défense juive.

Lire aussi  Choc : la liste PS-Place publique sur le magnifique podium des européennes !

La Ville-aux-Dames, un symbole d’égalité

La commune de La Ville-aux-Dames, située près de Tours, a été mise en lumière en ce jour de mobilisation. Dans cette ville, la grande majorité des rues portent des noms de femmes, un symbole fort pour la cause féministe.

Les annonces du Premier ministre Gabriel Attal

Le Premier ministre Gabriel a saisi l'occasion pour annoncer la modification des horaires de travail pour les agents d'entretien, majoritairement féminines. Il a évoqué les progrès nécessaires sur l'accès à l'IVG. Lors de son discours, il a également rendu un hommage appuyé à sa mère, une entrepreneure qui a élevé seule ses quatre enfants.

Dans un souci de réduire l'écart de salaire entre hommes et femmes, il a déclaré que les offres d'emploi devront dorénavant indiquer une fourchette de salaire précise.

D’autres points de tensions durant les manifestations

L'association “Nous vivrons” et des militants propalestiniens ont été au centre de tensions lors de la manifestation à Paris.

Lire aussi  Immigration : le projet de loi en échec, que va-t-il se passer maintenant ?

Participation marquée du collectif Les Rosies

Le collectif Les Rosies, se définissant comme un “collectif joyeux” et non partisan, a été notablement présent lors de plusieurs manifestations.

Mobilisation également en province

Dijon, Toulouse et Rennes ont également été marquées par des manifestations pour la défense des droits des femmes.

Sophie Binet, présidente de la CGT, appelle à la sanction

Enfin, Sophie Binet, présidente de la CGT, a appelé à des sanctions à l'encontre des entreprises ne respectant pas la parité salariale.

4.6/5 - (14 votes)

Laisser un commentaire

Partages