Attaque de Berlin : la police allemande évoque un «probable attentat terroriste »

0
37
crédit : lemonde.fr
crédit : lemonde.fr

Le chauffeur présumé du camion a été arrêté, et un passager, retrouvé mort, identifié. Douze personnes ont été tuées et 48 blessés sont à déplorer.

Douze personnes sont mortes, lundi 19 décembre dans la soirée, après qu’un camion a foncé dans la foule d’un marché de Noël, sur la Breitscheidplatz, devant l’église du Souvenir, à l’ouest du centre-ville de Berlin, la capitale allemande, a fait savoir la police berlinoise sur Twitter. On compte également au moins quarante-huit blessés. Selon la police, qui a qualifié l’acte de « probable attentat » mardi au petit matin, le chauffeur a visé « intentionnellement » la foule.

Le ministre de l’intérieur allemand, Thomas de Maizière, avait estimé dans la nuit de lundi à mardi qu’il y avait « beaucoup de raisons » de penser que le conducteur du camion avait commis un attentat. « Je ne veux pas encore, pour le moment, prononcer le mot “attentat”, même si beaucoup de raisons le laissent penser », avait dit M. de Maizière à l’antenne de la chaîne publique ZDF.

Le conducteur du poids lourd a roulé sur le trottoir de ce marché où se trouvaient des badauds dans un quartier très fréquenté de Berlin, selon un porte-parole de la police. Une rue a été transformée en hôpital à ciel ouvert, selon le Tagesspiegel.

Deux personnes présentes dans le camion

La police berlinoise a annoncé qu’il y avait deux personnes dans le camion. Le passager est mort sur place. « L’homme retrouvé dans le camion est un citoyen polonais », a indiqué la police sur son compte Twitter. Une deuxième personne, soupçonnée d’être le chauffeur, a été arrêtée aux alentours de 21 h 30.

La police a bloqué l’accès à la place et aux environs de l’église du Souvenir pour soigner et évacuer les blessés. Facebook a, par ailleurs, activé dans la soirée le système du safety check, qui permet aux internautes, à l’occasion d’un attentat, d’informer leurs proches qu’ils sont en sécurité. Sur leur compte Twitter, les forces de l’ordre de la capitale ont appelé les Berlinois «à rester à la maison et à ne pas diffuser de rumeurs ». Elles ont également demandé de «respecter la vie privée des victimes » et de leurs familles en ne diffusant pas d’images sur les réseaux sociaux.

Un poids lourd immatriculé en Pologne

Le camion qui a foncé dans la foule est immatriculé en Pologne. Il appartient à une société polonaise, dont le patron, Ariel Zurawski, interrogé par les médias locaux, a expliqué que le véhicule revenait d’Italie et devait déposer son chargement à Berlin, avant de repartir vers la Pologne. « La personne qui est sortie du camion n’est pas mon chauffeur », a affirmé M. Zurawski dans les médias.

Le propriétaire avait confié son camion à son cousin. « On n’a pas de contact avec lui depuis cet après-midi. Je ne sais pas ce qui lui arrive. C’est mon cousin, je le connais depuis l’enfance. Je me porte garant de lui », a déclaré Ariel Zurawski, joint par téléphone par l’Agence France-Presse. Le propriétaire a assuré que son cousin devait décharger sa cargaison à Berlin, mais que ce déchargement n’avait pas eu lieu.

Angela Merkel «en deuil »

La chancelière allemande, Angela Merkel, est «en deuil », a annoncé son porte-parole, Steffen Seibert. « Nous sommes en deuil et espérons que les nombreux blessés vont pouvoir recevoir de l’aide », a-t-il poursuivi. Le président de la République fédérale allemande, Joachim Gauck, s’est dit « bouleversé » : «C’est une soirée terrible pour Berlin et notre pays. » «C’est très impressionnant, choquant, parce qu’on a toujours eu l’espoir que Berlin n’ait pas à vivre cette situation », a déclaré le maire de Berlin, Michael Müller.

Le ministre de la justice, Heiko Maas, a par ailleurs annoncé que l’enquête a été confiée au procureur fédéral, compétent en Allemagne pour les affaires de terrorisme.

Le président français, François Hollande, a fait savoir dans la soirée que «les Français partagent le deuil des Allemands face à cette tragédie qui frappe toute l’Europe ». Le ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux, a annoncé pour sa part que la sécurité des marchés de Noël «a été immédiatement renforcée ». De leur côté, les Etats-Unis ont condamné ce qui «semble être une attaque terroriste ». Quant au président élu, Donald Trump, il a dénoncé les « terroristes islamistes » qui agressent « continuellement les chrétiens au sein de leurs communautés et lieux de culte ».

lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici