Guinée : Les nouveaux soucis du Premier ministre

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/POLITIQUE by

Conakry, Guinée : Le premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana n’a certainement pas les nuits faciles, ces derniers temps. Le hardi programme qu’il entend mener contre les fossoyeurs des maigres ressources publiques du pays semble bloqué et pour cause?

Cette lutte contre la corruption, le détournement de deniers publics par des hauts cadres qui viennent dans un luxe insolent a du plomb dans l’aile.

En effet, après les dossiers de l’OGP, de la LONAGUI, de l’OGC etc, le premier ministre Fofana avait instruit, il y a quelques jours, au Vérificateur général d’enclencher une seconde vague de contrôle dans les entreprises publiques.

Sauf que, insiste ce matin la Cellule Balai Citoyen dans un communiqué, “alors que les équipes du Vérificateur Général s’attelaient à la conception d’un chronogramme de réalisation et s’apprêtaient à se déployer, il leur aurait été demandé de stopper illico leur progression.”

En volant au secours du chef du gouvernement, cette organisation de la société civile trouve que “Peu importe l’origine de ses injonctions, cela est inacceptable.”

Dans un courrier officiellement adressé au vérificateur général, en février, le premier ministre Kassory Fofana, chef du gouvernement lui a confié une seconde mission de vérification.

Dans la lettre que nous détenons copie, sept établissements publics et parapublics sont “la cible” du premier ministre dans le cadre de l’assainissement, dit-il, de l’action publique.

Voir ce courrier ici

A sa prise de fonction, solennellement, le successeur de Mamady Youla s’est engagé à mener “la lutte sans merci de la corruption” et autres fléaux qui sont pour lui, “des préoccupations majeures et seront au centre de l’agenda du Gouvernement.”

Avec cette machine de lutte contre la corruption  grippée, des observateurs font remarquer que Don Kass ne dormirait que d’un oeil.

Fortement critiqué par l’opinion dans sa gestion de la crise sociale dans le secteur de l’Education, cette lutte contre la corruption était restée telle une bouée de sauvetage.

Nous encourageons le Premier Ministre à poursuivre cette démarche et l’invitons à redoubler d’efforts afin de faire face à ces obstacles qui étaient prévisibles. Dans l’impossibilité de poursuivre cette mission capitale, nous l’invitons purement et simplement à démissionner” écrit noir sur blanc, la Cellule Balai Citoyen.

 

Pour Sekou Koundouno, Salia Camara et autres, “Ces jeux d’influence et pressions d’ordre politiques qui entravent cette mesure phare de lutte contre la corruption doivent absolument être dénoncés et combattus. A défaut, ces calculs politiques finiront par avoir raison de cette opportunité d’assainir et de moraliser la gestion publique dont pourrait hautement bénéficié notre Nation.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.