Labé, Guinee : Cette deuxième journée de manifestations appelée par le  FNDC continue de plus belle dans la commune urbaine de Labe ce mardi 14 janvier 2020.Très tôt le matin, les jeunes avaient barricadé tous les axes routiers de la ville.

C’est ainsi que vers 10 heures les heurts ont repris comme hier entre les agents des services de sécurité qui usaient tantôt des grenades lacrymogènes, des cailloux et parfois des tirs à balles réelles sur les manifestants pendant que ceux-ci répliquaient par des jets de pierres ou projectiles.

Vue que la situation devenait de plus en plus tendue, des  jeunes d’autres quartiers dont Safatou ont rejoint vers 12 heures leurs amis au rond point de l’hôpital. 

Selon de sources hospitalières, un autre jeune manifestant aurait reçu une balle et est serait entre la vie et la mort, dans le plus grand centre hospitalier de la cité.

 Pendant ce temps, les responsables du Front National pour la défense de la constitution accusent le gouverneur Madifing Diane d’être derrière toutes ces violences depuis hier.

Tout de même l ‘antenne régionale du FNDC appelle ses militants à ne pas reculer jusqu’à ce que le président de la République-Pr Alpha Conde- renonce à son projet de nouvelle constitution. 

Il faut rappeler que la salle d’audience du tribunal de première instance a été incendiée dans la nuit de ce lundi 13 janvier par des inconnus.

La maison qui avait été vandalisée  dans la soirée d’hier dans le quartier mosquée, est l’habitation louée par le gendarme surnommé Cantonna. Il est accusé par les jeunes d’avoir tiré sur le manifestant qui avait rendu l’âme et dont e corps n’est toujours pas été identifié. Comme pour dire que la ville de Labe est ébullition depuis ce lundi et si les choses continuent ainsi, les prochaines heures ou journées seront rudes pour les citoyens de la Cité de karamoko mo labe.

 Aissatou Diallo Labe pour guineetime