Guinée : Les banques primaires préparent une grève

in A LA UNE/ECONOMIE/FLASH INFO by

Conakry,  Guinée : Ce Mardi 9 octobre, les employés des différentes banques de la capitale étaient dans les rues de Kaloum pour dénoncer le licenciement qu’ils qualifient d’arbitraire du secrétaire général de la FBN Bank.

Les responsables syndicaux notamment de la Fédération Syndicale de Banques et Assurances de Guinée menacent  d’aller en grève et cela, un préavis de grève sera déposé dans les heures qui suivent.

Les travailleurs des banques sont en colère contre leurs responsables. Suite à  l’augmentation du prix du litre du carburant à la pompe, promesse leur a été faite dans le cadre de l’amélioration de leurs conditions vie et de travail. Et depuis ce temps, les lignes n’ont aucunement bougées.

« Ils disent qu’ils ont réajusté la prime de carburant, c’est ça l’affaire du pouvoir d’achat ? Nos enfants ne vont pas à l’école ? On ne va pas au marché ? On n’achète pas du carburant ? Alors… Est-ce qu’il ya une notion de la perte du pouvoir d’achat ? Non ? » S’interroge Abdoulaye Sow Secrétaire général de la Fesabag et de poursuivre.

«Ils ne connaissent pas, ils ont dit ça c’est parce qu’ils avaient peur qu’on participe à  la grève, parce que nous sommes licencié de la grève en Guinée. Toute grève où  nbe participe pas égale à  zéro. Ils nous ont dit qu’ils vont faire quelque chose, comme la grève là est finie, ils pensent que nous nous sommes bêtes. Mais on va réagir, on va réagir très fortement » réagit-il.

Un préavis de grève de dix jours sera déposé  dans les heures qui suivent. Dans ce document, la FESABAG demande le départ du DRH de la banque FBN Bank qui n’est pas guinéen comme le prévoit la loi de notre de notre pays, des mesures d’accompagnement, mais aussi la réintégration de la secrétaire générale de la dite banque licenciée quelque jours plutôt.

« Nous allons déposer dès aujourd’hui, un préavis de grève. Je voudrais que chacun de vous soit, un messager auprès de nos camarades qui sont dans les bureaux, qui sont égarés. Parce qu’ils ne comprennent pas qu’on est entrain de bafouer leurs droits (…) Nous voulons qu’on respecte notre dignité, qu’on respecte notre indépendante, qu’on respecte nos droits et qu’on respecte nos autorités. Oui ou Non ? Oui ! » s’exclament ces travailleurs massés devant la dite banque.

Pour Abdoul Gadiri Diallo, responsable des négociations de la FESABAG, l’heure est au sursaut.

«Est-ce qu’on s’imagine un tout petit peu dans quel pays on est ? Si on ne se lève pas, ce qui arrive à FBN Bank, ce qui arrive à ces travailleurs, demain ça sera toi, après demain ça sera moi et ainsi de suite. C’est pourquoi j’ai dit tout a l’heure, on va nous massacrés un a un et on aura personne, ni l’inspection générale du travail, ni la banque centrale, ni la justice, ni l’État pour nous soutenir parce que ces gens là, ils ne pensent qu’a eux » Prévient-il.

Après le petit sit-in organisé devant la dite banque, le cortège s’est dirigé vers le Bureau Patronal des Banques pour le dépôt du préavis  de  grève.

Moussa Rama

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.