Guinée : Les syndicalistes prêts à accepter les 10 000 fg mais à une condition …

in A LA UNE/ACTUALITES/FLASH INFO/POLITIQUE/SOCIETE by

Guinée- Conakry/ Les lignes commencent à bouger dans les négociations entre le gouvernement, syndicats et le patronat autour de l’augmentation du prix du carburant à la pompe à dix mille ( 10.000 ) francs guinéens. 

A l’issue de la rencontre de ce jeudi, 09 août 2018, tenue au ministère de la Fonction Publique, l’inter-centrale CNTG-USTG a renoncé à sa revendication sur la baisse du prix du carburant. Elle réclame désormais un salaire minimum de 10 millions de francs guinéens et une hausse de 300% du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG).

Selon, Mamadou Mansaré, porte-parole de la partie syndicale, cette nouvelle directive, est d’amener tous les travailleurs à  adhérer  au mouvement de grève et réclamer un salaire minimum de 10 millions de francs guinéens,  le salaire de chaque travailleur :

« …C’est pourquoi le mouvement syndical a demandé que si le gouvernement tient à ses 10.000 fg, on demande à notre tour et cela est non négociable, la grève aussi est non plus suspendue. Nous demandons pour tous les secteurs, c’est-à-dire public, privé, mixte 10 millions sur le salaire de chaque travailleur… Le patronat était représenté, le gouvernement représenté », indique Mamadou Mansaré.

Ils demandent aussi, la multiplication à 100% des pensions civiles et militaires y compris les pensionnés qui sont au niveau de la caisse nationale de prévoyance sociale, ainsi que les pensionnés de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Dr. Alia Camara, inspecteur général du travail se réjoui de la position actuelle de des partenaires syndicats qui ont finalement accepté de discuter des mesures d’accompagnement :

« J’avoue qu’on sort de cette réunion content, vu qu’il y a eu une petite avancée au niveau notamment des positions des uns et des autres. Nos partenaires syndicats ont finalement accepté de discuter des mesures d’accompagnements. Quelques propositions dans ce sens ont été faites, notamment en termes d’amélioration des conditions salariales, tous secteurs confondus, en termes d’amélioration notamment des pensions de retraite. En termes d’amélioration également du SMIC. Ce sont ces trois éléments qui ont été soulevés par la partie syndicale. Le gouvernement a pris bonne note de cette nouvelle avancée. Jusqu’ici nous étions bloqués au niveau des préalables, le syndicat avait toujours sollicité que le gouvernement revienne à 8000 fg. la partie gouvernementale a donc demandée 48 heures, le temps pour elle de se référer et de revenir autour de cette table le mardi prochain, » se réjouit-il.

Karim Gandhi Diallo

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.