Scandale à Romans-sur-Isère : quand l’extrême droite s’impose par la violence

Le décès tragique de Thomas, survenu lors d'un bal dans la petite ville de Crépol située dans la Drôme, a déclenché une série de manifestations à l'initiative de militants d'extrême droite à Romans-sur-Isère les 25 et 26 novembre.

Les Manifestations et leurs Conséquences

Une foule de 80 personnes encagoulées s'est d'abord rassemblée le 25 novembre. Le jour suivant, le nombre de militants a quelque peu diminué, avec une présence estimée entre 40 et 50 personnes. Ce groupe, portant des cagoules pour dissimuler leurs visages, était armé de battes de baseball, de barres de fer et a utilisé des fumigènes.

Des affrontements ont éclaté avec les forces de l'ordre, entraînant des blessures chez cinq policiers. Les militants ont riposté avec des tirs de mortier et de pierres. Suite à ces actes de , vingt-quatre personnes furent interpellées et dix-sept d'entre elles ont été placées en garde à vue. Un militant a été blessé lors de ces événements et a dû être transporté à l'hôpital.

Lire aussi  Attention ! Élections européennes : une lutte acharnée pour la 3e place

Appels au Calme et Réactions Politiques

Face à cette situation d'instabilité, Laurent de Caigny, le procureur de Valence, a appelé au calme et au respect de chacun. De son côté, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a formellement dénoncé ces actes. De même, Emmanuelle Anthoine, députée Les Républicains (LR) de la Drôme, a souhaité éviter une spirale de violence.

La mère de Thomas s'est également exprimée, refusant toute récupération politique de la de son fils. Deux figures importantes du paysage politique français, Jordan Bardella, président du Rassemblement national, et Éric Ciotti, président des Républicains, ont critiqué la situation. D'autres politiques, comme l'ancien président François Hollande et Sabrina Agresti-Roubache, Secrétaire d'État chargée de la Citoyenneté et de la Ville, ont exprimé leurs condoléances à la famille.

Visite d’Olivier Véran à Crépol

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, s'est rendu à Crépol suite à ces événements. Il a appelé à soutenir les et a annoncé la création d'un comité local d'aide aux victimes.

4.4/5 - (37 votes)

Laisser un commentaire

Partages